En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus.

Les épis mûrs

REBATET Lucien

Gallimard

Occasion comme neuf

Ean : 9782842636456




Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,50 €.


18,00 €
Vente achat livre occasion

Présentation : Les épis mûrs

Rebatet ! Lucien Rebatet ! On entend déjà les commentaires. À quoi bon exhumer, rendre à la lumière, rehausser sur le pavois éditorial, photo d’époque, préface émue et dossier critique, les oeuvres de celui qui fut, après avoir bataillé à l’Action française, le porte-plume le plus incisif et vitriolant de la Collaboration intellectuelle. Celui qui, à côté de la grande et déferlante célinienne, sanieuse, somptueuse, offrit, avec Les Décombres un scanner amer de l’avant-guerre et de la défaite de 40, pointant là ce qui, pour lui, était les signes sombres de la décadence française : les politiciens, la démocratie, les juifs. En effet, pourquoi. Parce qu’il y a, à Rebatet, un autre Rebatet. Au publiciste pronazi répond en effet, dès les années trente, un esthète, un amateur encyclopédique de littérature, peinture, cinéma et, avant tout, un musicologue éclairé, ardemment moderniste. Ce dernier, on le trouvera s’exprimant dans l’opulente Une histoire de la musique, mais également dans ces Épis mûrs que Gallimard publia en 1954 et que réédite aujourd’hui Le Dilettante avec une étude du critique musical Nicolas d’Estienne d’Orves. Ce Doktor Faustus (Thomas Mann) à la française déploie pour nous le destin fracassé de Pierre Tarare, rejeton frondeur d’un chapelier et d’une mère anxieuse et surtout, avant tout, génie musical en herbe. Depuis les premiers tapotis prometteurs sur le piano familial jusqu’à l’adoubement solennel de Fauré et d’Enesco, ce roman nous expose la croissance contrariée, l’expansion douloureuse d’un autre Berlioz ou Wagner, infatigable et conscient de son avant-gardisme génial. Une « courbe de vie » endiguée par la férule imbécile du père, troublée par les soubresauts de la sexualité et le traditionalisme, finalement bienveillant, des professeurs. À l’heure de la reconnaissance et de la célébrité internationale, c’est un autre tonnerre qui attend Pierre Tarare : celui de la Première Guerre mondiale. Chronique d’un gâchis dénoncé, ce roman est également une peinture passionnée, et cocasse, des combats houleux de la modernité musicale des années trente. Comment a-t-il pu y avoir des « maîtres chanteurs » à « Nuremberg » ? Telle est toujours la question.
Extrait de l'avant-propos de l'auteur
 
Je rencontre rue Sébastien-Bottin Paulhan qui me dit «pourquoi ne donnez-vous pas une nouvelle à la N.R.F. ?» Pourquoi pas, en effet ? Ce serait peut-être une diversion salubre. Dans l'histoire de ma famille, la guerre de 1914 était représentée par un garçon d'une branche collatérale, musicien débordant des dons les plus éclatants, un des futurs grands hommes du XXe siècle, tué à dix-neuf ans sous la capote bleue du fantassin.
J'ai pris cet épisode pour sujet de ma nouvelle, sans autre ambition que de pousser un petit récit tout droit devant moi.
Après quarante-huit heures de rédaction, je cheminais d'un pas si léger, les bonshommes et les menus événements se dessinaient si bien que j'ai pensé : «Ce sera une nouvelle très étoffée.» Deux semaines plus tard, j'avais largement débordé le format des plus longues nouvelles, et mon gamin n'était encore âgé que de onze ans. Je me suis dit : «Ce sera un tout petit roman. On l'imprimera en gros caractères.» Au bout de trois mois, c'était un roman de dimensions très honorables, que j'appelai Les Épis mûrs. Sa dactylographie, la correction des placards me prirent plus de temps que de l'écrire.
La musique a été mon pain quotidien pendant vingt ans. Rien, je crois, n'a tenu une place plus profonde dans ma vie. Je suis peut-être un compositeur raté. La privation de musique a été un de mes pires supplices durant les sept années de prison. Que de fois m'étais-je raconté le premier concert que j'entendrais, dehors ! Mais ces fêtes ne sont pas destinées aux banlieusards pauvres. Et ma discothèque avait été pillée ou brisée par les patriotes de 1944. Les Épis mûrs sont évidemment nés de cette nostalgie, que j'ai prêtée à mon héros, en l'enfermant durant un an dans une chiourme scolaire, substituée à mon bagne. Je les ai écrits sans autre cours que mes souvenirs et un traité d'harmonie prêté par mon maître Emile Vuillermoz.
Ce livre a surtout été pour moi un divertissement. Il n'apporte, et je le regrette, aucune innovation dans la technique romanesque, qui en a tant besoin. Mon but était de traiter, par les moyens les plus simples, un sujet strictement musical, qui fût cependant lisible pour un profane civilisé. Je crois y être parvenu, et n'avoir pas beaucoup de devanciers français. (Je récuse tout à fait la sauce littéraire du Jean-Christophe de Romain Rolland.)

Caractéristiques : Les épis mûrs

TitreLes épis mûrs
AuteurREBATET Lucien
EditionLe dilettante
FormatBroché
Date de parution2011
Nb de pages378
IllustrationsNon
EpuiséNon
Edition originale, tirage numérotéNon
SignéNon
GenreLittérature
LangueFrench
Poids en kg0.8
EAN9782842636456
Lucien Romain Rebatet était un écrivain, journaliste et critique musical et cinématographique français, qui se réclamait du fascisme.
Fils de notaire, après avoir suivi des études de droit, puis de lettres, il entre comme critique musical au quotidien L'Action française en 1929 avec pour pseudonyme François Vinneuil. En 1932, il devient journaliste à Je suis partout. Il y défend un antisémite virulent, et, outre les juifs, il y attaque avec férocité le communisme, la démocratie, l'Église. Après des séjours en Allemagne et en Italie, il se proclame fasciste.
Mobilisé en janvier 1940, Lucien Rebatet est libéré en février et on le retrouve à Vichy où il travaille à la radio. De retour à Paris, après un passage au journal Le Cri du peuple de Jacques Doriot, il revient à Je suis partout.
En 1942, il publie Les Décombres, où il désigne comme responsables de la débâcle de 1940 les juifs, les politiques et les militaires. Les gens de Vichy ne sont pas épargnés. Il y explique que la seule issue pour la France est de s'engager à fond dans la collaboration avec l'Allemagne. C'est un grand succès (tirage estimé à 65 000 exemplaires) et le livre est désigné « livre de l'année » par Radio Paris.
Son dernier article, le 28 juillet 1944, s'intitule : « Fidélité au National-socialisme ». Mais le vent a tourné, il doit prendre le chemin de l'exil vers l'Allemagne où il séjourne à Sigmaringen.
Arrêté le 8 mai 1945, il est jugé le 18 novembre 1946, condamné à mort puis, finalement, gracié. Détenu à Clairvaux, il achève en prison un roman commencé à Sigmaringen : Les Deux étendards, publié par Gallimard. Cette œuvre, considérée par certains comme de grande qualité, sera en grande partie ignorée par la critique, même après sa réimpression en 1991.
Libéré le 16 juillet 1952 et d'abord assigné à résidence, Lucien Rebatet revient à Paris en 1954. Il reprend son activité de journaliste. En 1965 il se présente à l'élection présidentielle, contre De Gaulle, il soutient au premier tour Jean-Louis Tixier-Vignancour, puis, au second, François Mitterrand. Ce choix est dû à un antigaullisme intact, mais aussi à une fidélité à l'idéal européen, telle que Rebatet est désormais prêt à transiger avec la démocratie, seule capable d'unifier l'Europe après la défaite du fascisme. Il est ensuite rédacteur à Valeurs actuelles.
Jusqu'au bout, il restera fidèle au fascisme, bien qu'il soutienne de moins en moins l'antisémitisme, en raison de la législation en vigueur – le décret-loi Marchandeau du , interdisant la provocation à la haine raciale, a été rétabli en 1944 –, mais aussi par une modification de son regard sur les juifs : s'il ne renie rien de ses attaques antisémites d'avant 1945, il ne peut s'empêcher de porter un regard empreint de sympathie pour la nouvelle nation israélienne, en guerre contre les Arabes. En 1967, Lucien Rebatet soutient la guerre israélienne contre les États arabes : « La cause d’Israël est là-bas celle de tous les Occidentaux. On m’eût bien étonné si l’on m’eût prophétisé en 1939 que je ferais un jour des vœux pour la victoire d’une armée sioniste. Mais c’est la solution que je trouve raisonnable aujourd’hui. ». En 1969, il affirme « savourer le paradoxe historique qui a conduit les juifs d'Israël à défendre toutes les valeurs patriotiques, morales, militaires qu'ils ont le plus violemment combattues durant un siècle dans leur pays d'adoption. ».
aux-belles-illustrations.fr est une librairie en ligne proposant à la vente une sélection de livres neufs ou d'occasion, épuisés, précieux, contemporains, anciens.
Vous trouverez dans notre librairie en ligne aux-belles-illustrations.fr des beaux livres, des grands formats, des poches dans les genres suivants : roman, policier, SF, aventure, littérature sentimentale, bandes dessinées, littérature jeunesse, histoire, sciences humaines, livres d'art, parascolaire... Par exemple, vous pourrez acheter le livre Les épis mûrs écris par REBATET Lucien édité par les éditions Gallimard isbn 9782842636456 classé dans notre section Romans français au meilleur rapport qualité/prix. Vous pouvez aussi découvrir nos dernières offres de livres dans notre département Nouveautés. Découvrez notre choix de livres à prix discount dans notre département Promotions. Tous nos livres sont de qualité au prix le plus bas.
Des questions sur le livre Les épis mûrs  écris par REBATET Lucien édité par les éditions Gallimard 9782842636456 ? N'hésitez pas à nous contacter.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !